Les bus sont mes amis, mais pas les gens qui sont dedans.

Aujourd'hui, parlons d'un sujet un peu lambda qui envahit le quotidien de nombreuses personnes, ou du moins toutes celles qui n'ont pas le permis : les transports en commun. Plus particulièrement, les gens qui s'en servent car on retrouve toujours les mêmes. Du coup on va faire une sorte de safari pour repérer tout ce petit monde : alors mettez vos écouteurs, prenez votre air fatigué, enfilez votre sac de cours sur l'épaule et sortez votre carte de bus.








Qui peut-on croiser à l'avant du bus ?





Le chauffeur

La personnalité du chauffeur de bus varie beaucoup selon l'heure de la journée. Le matin, il ne faut pas espérer entendre une réponse à votre "bonjour", car c'est limite s'il s'endort sur le volant. Le midi, il répond mais en grinçant des dents car il vient de voir en direct live dans son rétroviseur un ado coller son chewing-gum sur le siège d'en face. Par contre le soir, comme il sent la fin de la journée arriver, il est gai comme un pinson et a l'air très heureux de te voir. Ou des fois il ne dit pas bonjour, et je n'aime pas dire bonjour quand on ne me répond pas.




La mémère richou et insupportable

Son brushing bordeaux et son sac à main Dior tenu fermement par une main remplie de bracelets et de bagues laissent deviner qu'elle est pas très loin de la haute bourgeoisie. Elle s’assoit toujours au premier rang, à coté du chauffeur, et surveille d'un œil attentif le mp3 que tu tiens dans ta main car tu es juste derrière elle. Non, elle ne te déteste pas : elle te méprise et a peur que tu sortes un couteau pour l’agresser car tous les jeunes d'aujourd'hui sont des voyous, donc elle joue la carte de la provoc'. Le tout en lançant des regards hautains à peu près toutes les trois secondes car elle entend le murmure de ta musique de dégénéré qui sort faiblement des écouteurs.

Ça s'est passé près de chez moi : Des fois quand même, je me demande si leur brushing ne leur a pas trop aéré le cerveau. Je vais vous raconter une anecdote à la fois véridique et improbable : Alors que Sleyer venait squatter chez moi avec des bagages plein le dos (une guitare c'est encombrant), il a du prendre le bus pour aller vers la côte. Problème : le bus était plein à craquer. Contraint de rester debout dans l'allée, une vieille dame ronchon râlait à coté de lui, confortablement assise sur son siège : "Oui, les bus bondés c'est vraiment un problème, il faudrait faire quelque chose, et vous jeune homme, vous devriez prendre le train au lieu de déranger les voyageurs dans les transports en commun.". Oui mais Madame, connaissez-vous beaucoup de trains qui font un trajet pour seulement 10km du centre-ville vers la mer ? Tssst...




La dame qui emmène son animal chez le véto

Oh qu'il est mignon votre chaton dans sa cage de transport ! Il a vraiment le regard fixe, c'est fou. Il a aussi l'air un peu traumatisé. Mais vous êtes sûre qu'il est encore vivant ? Car il ne bouge vraiment pas là. Depuis 10 bonnes minutes.




La poussette "tank" (ou le tank en forme de poussette) qui prend les trois quarts du bus

Déjà, à l'arrêt de bus, tu ne le sens pas : une jeune Maman attend avec sa poussette-Tank qui peut contenir au moins 30 bébés, et à tous les coups, elle prend le même bus que le tien. Et quand tu aperçois avec horreur que celui qui arrive est déjà blindé, tu te dis que ça va encore être toi qui va te retrouver en équilibre sur la pointe des pieds entre cette poussette et le petit vieux qui mord si on le touche avec son sac.




La classe de primaire

Quoi de pire qu'un gamin insupportable qui fait du bruit, qui est malpoli et qui te montre du doigt parce que tu as un gros nez ou une coiffure bizarre ? C'est simple, multipliez ce bambin par vingt et ajoutez au lot une maîtresse qui n'a aucune autorité et un chahut permanent, et vous obtiendrez un résultat explosif et relativement énervant. A déconseiller avant les partiels ou tout autre examen, sinon les risques de génocide accidentel seront multipliés par neuf.




La personne habillée de façon très bizarre

Jupe léopard, doudoune orange fluo avec une fourrure d'écureuil mort sur la capuche, converses avec des smileys dessus, collants à fleurs : pas de doute, cet individu au fard à paupières bleu électrique vient d'une autre planète.




Le warrior qui arrive à lire un livre sans gerber

Le trajet du bus est souvent constitué de virages, d’accélérations et de ralentissements brusques (vive les piétons inconscients et kamikazes et les feux rouges). Tandis que toi, avec le teint verdâtre, tu es sur le point de régurgiter ton petit déjeuner par la bouche de façon visqueuse et nauséabonde, la personne à coté de toi lit un roman avec des caractères minuscules, et de manière totalement détendue et naturelle avec ça. Nous n'avons pas les mêmes valeurs, ni la même oreille interne.











Qui peut-on croiser dans le milieu du bus ?









Le mec qui téléphone et qui parle TRÈS FORT

Un grand classique des transports en commun. Après avoir entendu sa sonnerie retentir (qui est souvent celle installée de base sur les téléphones), tu peux dire adieu au calme dans un périmètre d'approximativement vingt mètres et d'une durée indéterminée car cette personne quittera forcément le bus après toi. En fait, elle ne se rend pas compte qu'elle parle fort, mais tous les voisins du bus l'ont bien compris : il a une réunion importante Vendredi matin et Didier le stagiaire ne sera pas là car il sera au bar avec Bébert pour régler une affaire de chèque pas signé. Ajoutez à cette panoplie une voix particulièrement désagréable et un rire insupportable, et c'est le jackpot.





La personne que tu trouves canon

La créature de tes rêves est enfin apparue devant tes yeux, et elle est dans ton bus. Résultat : tu ne la lâches pas du regard pendant tout le trajet même s'il (elle) est de dos et qu'elle ignore ton existence, et tu te laisses embarquer dans des films qui fleurent bon le niais et la romance tout en sachant que tu ne la reverras jamais. La vie est parfois bien cruelle.





Celui qui pionce et qui loupe son arrêt

Ce type nous fait vaguement sourire car on le voit en train de baver, la tête appuyée contre la fenêtre et la musique à fond dans les oreilles. Il dort comme un bébé. Par contre il se réveille en sursaut, complètement déboussolé et paniqué, et cherche à savoir où en est le bus dans son trajet : trop tard, il a loupé son arrêt depuis au moins quinze bonnes minutes. Enfin, ça nous fait marrer jusqu'à ce que ça nous arrive. [testé et approuvé]




Le mec que tu trouves insupportable mais tu ne sais même pas pourquoi

Il ne fait rien, il ne t'a même pas regardé, ni remarqué. C'est une personne tout à fait banale. Mais toi, tu as des envies de meurtre, et tu lui en veux comme s'il avait tué toute ta famille.




Les commères (on connait toute leur vie en sortant du bus)

Ces adolescentes d'environ 15 ans ont une vie amoureuse et sexuelle beaucoup plus épanouie que la tienne et elles l'assument. Et comme parler beaucoup s'accompagne souvent de parler fort, tu écoutes malgré toi les conversations et tu tends l'oreille sur des détails que tu aurais préféré ignorer. Ou des fois, ce genre de personne a une vie carrément dingue et là, tu écoutes par pur intérêt, juste pour avoir quelque chose à raconter à tes copains en sortant du bus. Et comme ces filles là prennent exactement le même bus que toi, c'est une série In Real Life que tu suis avec un suspense plus endiablé encore que celui de Plus belle la vie.




Le mec qui pue
(La Sardine, on t'aime tous ♥)

Je le redoute vachement, celui-là. Tu vis ta vie tranquille dans le bus jusqu'à ce qu'une personne vienne s'asseoir à coté de toi et PUE LA MORT. C'est simple, tu préférerais plonger dans un container à poubelles en ce moment même, et tu te demandes s'il a pas pris un bain d'urine avant de venir. Donc, pendant tout le trajet tu es littéralement en apnée (jamais quatre minutes de bus ne t'ont semblé aussi longues)  jusqu'à ce qu'arrive le moment que tu attendais tant : la vue de ton arrêt. Aaaah, que ça fait du bien de respirer une bonne bouffée d'air urbain et de gaz d'échappement après cette torture.




La personne que tu n'avais absolument pas envie de croiser

Dans le bus, à une certaine heure, un certain lieu ou un certain arrêt, tu as toujours peur de tomber nez-à-nez avec la personne que tu ne tiens vraiment pas à voir. Ça peut concerner absolument tout et n'importe qui : une voisine très bavarde, un ancien prof que tu n'aimais pas du tout, une connaissance qui arrête pas de te coller, ton ex, ton dentiste... Et en général, c'est au moment où tu t'y attends le moins que ce phénomène arrive. Damned.





La section petits enfants
Pedobear approuve cette section.


L'enfant agité qui se balade dans tout le bus
Il est mignon, il a une petite bouille marrante, de grands yeux et des bouclettes blondes. Et il est hyperactif. Tous les passagers du bus craquent pour ce gosse qui est un vrai one-man-show car à vrai dire, il est la seule distraction du bus. Sa principale activité consiste à circuler entre les rangs pour dire bonjour à tout le monde et distribuer des sourires. Le sien sera réciproque tant que sa mère ne l'aura pas disputé puisqu'il ne fait qu'ennuyer les gens du bus et que surtout, il ne faut pas parler aux inconnus sinon "viens cueillir ta fessée".




Le gosse méga chiant
Ce môme peut se diviser en deux catégories distinctes :
1) Le nourrisson de quelques semaines qui a faim, qui a fait caca, qui n'aime pas le bus, bref qui trouve une raison pour brailler aussi fort qu'un petit porcelet affolé.
2) Le petit enfant (âge qui varie de 3 à 7 ans) qui ne fait que de se plaindre avec un ton particulièrement agaçant et qui s'exprime en disant des trucs comme "Quand est-ce qu'on arrive-euuuuh ? Pourquoi le monsieur il est groooos ? Pourquoi le ciel est bleeeeuuu ? Quand est-ce qu'on maaaange ?..." et qui se cramponne à sa mère qui fait semblant de ne pas avoir remarqué qu'il embêtait tous les passagers du bus avec ses questions stupides et ses remarques désobligeantes.




La bataille de regards avec le bébé
Quand un enfant en bas âge n'est pas chiant, il est particulièrement drôle car il a tendance à fixer toutes les personnes du bus. Et quand cette même personne le regarde, il ne lâchera son regard de sa cible pour rien au monde. Le problème, c'est que tu as la même mentalité. Donc d'ici commence une bataille de regard acharnée et le premier qui cligne des yeux ou tourne la tête a perdu. Et je perds souvent. Les bébés sont tenaces, je ne mens pas.











Qui peut-on croiser dans le fond du bus ?







La fille qui se remaquille pour la dix-septième fois

Oui c'est bon, on a compris que tu avais quatre centimètres d'épaisseur de fond de teint orange, pas la peine d'en rajouter à ce stade là, ça ferait presque vulgaire.




Le gamer qui s’occupe comme il peut

Devant trouver une alternative à la console de salon qui n'est malheureusement pas transportable, cet étudiant est tellement à fond dans son jeu (sur Smartphone, ou pour les plus courageux sur 3Ds/PSP) que s'il y avait un bombardement dans la rue il ne s'en rendrait même pas compte car tant qu'il n'aura pas fini son niveau, il ne lèvera pas la tête. Des fois il en loupe même son arrêt, le bougre.




Le gars qui se cure le nez car il se croit seul

Cette personne est à la fois dégueulasse et à plaindre car tous les gens autour de lui l'ont remarqué mais préfèrent l'humilier en silence en jetant des regards dégoûtés.
Variante : la personne qui t'éternue dessus sans s'excuser car elle aimerait bien partager sa grippe avec toi.




Le mec qui te fixe sans que tu saches pourquoi et ça fait flipper

Dans le bus, notre paranoïa naturelle fait qu'on se sent parfois observé. Du coup, on essaie de regarder dans tous les sens pour voir si on hallucine, et tout à coup, on tombe sur LE mec qui nous regarde fixement avec un sourire malsain. A ce moment-là, tu n'as envie que d'une chose : sortir du bus. En plus ce genre de personne est toujours moche et descend toujours à ton arrêt (ce n'est plus une coïncidence, c'est carrément de la corrélation).




Le couple

Voir des jeunes couples, c'est toujours très mignon et on est content pour eux. Mais les voir commencer les préliminaires dans le bus sans qu'ils décollent leurs bouches façon ventouse ça l'est un peu moins. Un peu de pudeur les jeunes, je n'ai pas forcément envie de voir se dérouler un film porno sous mes yeux. Quoique...




Le mec qui vit dans le bus

Cet homme est un mystère de la nature. A l'arrivée dans le bus, on a l'impression qu'il y est depuis plusieurs jours. Son PC sur les genoux, sa canette à coté de la fenêtre, l'air détendu et jouant à un Meuporg (comment a t-il de la connexion ?), il est parfaitement dans son élément. On ne sait pas d'où il vient, et on ne sait pas non plus où il va.




Le fraudeur

Cette personne ne paie jamais le bus car c'est bien connu, c'est pour les losers. D'ailleurs toi, bon citoyen, tu as tendance à être facilement agacé par cet énergumène qui profite un peu trop bien des transports en commun. Mais justice est faite quand tu vois arriver les contrôleurs et que tu sens d'ici son teint virer au blanc  et ses mains devenir progressivement moites : il va passer un mauvais quart d'heure et il le sait. Sadisme, quand tu nous tiens !




Les gros lourds et leurs goûts musicaux douteux

Parmi les fans de musique, il y a ceux qui respectent le silence des autres en mettant un casque ou des écouteurs, et il y a les autres. La musique en question est rarement quelque chose d'agréable à écouter, c'est souvent proche du chanteur qui crache sa haine sur un fond de basses bien lourdes. Bien sûr, ce serait moins drôle de partager ça dans tout le bus si le son n'était pas dégueulasse à souhait. Le message à comprendre est surement un truc du genre "la musique que j'écoute c'est cool donc je suis généreux et je vous la fais partager". Euh... Non, merci.




Le groupe d'ados rebelles

Car c'est trop dark de squatter le fond du bus en gênant les autres car tu parles de beuh et de sexe à ton âge et que ça l'est encore plus quand tu as une clope au bec. Tu es un antisocial/anarchiste et tu aimes ça. Le seul problème, c'est que toi et tes potes avez 14 ans et que dans environ 5 ans tu trouveras que les ados avec ce genre de comportement sont pathétiques, donc tu ne leur diras rien et tu te contenteras de lever les yeux au ciel en espérant qu'ils descendent au prochain arrêt.










Et c'est tout ?

Non, il manque une dernière catégorie : l'étudiant lambda, dont j'en fait (fièrement ?) partie. C'est à dire la personne qui cherche à tout prix une place assise à côté de la fenêtre pour pouvoir rêvasser pendant que le reste des gens du tram est entassé autour du "poteau pour se tenir quand ça freine avec une borne au milieu", qui occupe son voyage en switchant les écrans de portable et mp3 pour gérer les messages et la musique, et qui n'a jamais vraiment l'air réveillé, même quand il est 15h. Et qui est tout le temps en retard, accessoirement.










Voilà, si tu as reconnu des gens que tu croises fréquemment dans ce que je viens de citer ben... C'est bien, ça veut dire que même si j'ai forcé la dose avec les stéréotypes on est pas complètement dans le faux non plus. Inutile de préciser que toutes les catégories de l'article ont été vécues.

Allez, on finit en beauté avec une image qui a un peu de rapport avec cet article mais pas trop voire en fait pas du tout : une image de Samaha Sam, la chanteuse de Shaka Ponk, qui fait baver Pseudo-Mew parce qu'elle chante trop bien et qu'elle est super canon.


Samaha, si un jour tu lis cette phrase : veux-tu m'épouser ?