Comment bien commencer un article ?



CULOTTE.



BOUDIN.



COCHON.



Ceci peut être une très bonne introduction d'article. Ah au fait bonjour, je ne vous avais pas vu. 
Vous voyez, là je m'entraîne à bien débuter un article. Et que faire pour captiver un lecteur dès les premiers mots d'une phrase ? Nous avons plusieurs choix. 

Ici, j'ai utilisé la technique qui permet de capter l'attention de la manière la plus simple possible : en intriguant le lecteur. Ça marche presque à tous les coups. Si le lecteur n'a aucune motivation pour continuer sa lecture, ben il s'arrêtera et passera à autre chose.
Culotte, boudin, et cochon sont des mots qu'on retrouve assez peu dans des articles. 
-Le premier mot, culotte, évoque l'intimité d'un sous-vêtement féminin. Donc les gens qui ont atterri sur cet article vont se dire "tiens, ça évoquera des femmes à poil ou de la pornographie !" et continueront leur lecture. 
(Mention spéciale au Psy qui ne sait déjà plus ce qu'il fait quand il lit le mot culotte, hinhinhin)

Voilà de quoi refroidir les ardeurs de ces messieurs, je ne tiens pas 
à transformer ce site en un Youporn improvisé.

-Le deuxième mot, boudin, a un petit aspect comique. Dû à l'association de deux syllabes qui forment un tout drôle à écouter "bou-din" ou au sens qui lui est relié : un boudin c'est une grosse saucisse, ou c'est une fille très moche et généralement grasse. Cette petite touche d'humour met donc sur la piste du reste de l'article : "ah bah si c'est marrant dès le début ça ne peut que l'être par la suite !" et le lecteur continuera sa lecture.

Le mot "caca" a aussi beaucoup de succès, niveau sonorité de merde. 
*s'auto-applaudis après cette vanne... Nulle à chier. YEAAAAH*

-Le troisième mot, cochon, repose sur les mêmes bases que le mot boudin. Sonorité comique, ou représentation liée au mot ? Peut-être un peu des deux. Un cochon n'est pas très gracieux, et est l'animal comique par excellence dû à son mode de vie assez... Bon-vivant (après tout ne dit-on pas être bon-vivant comme le cochon ?), voire complètement crachou. Prenez par exemple la représentation que les enfants ont du cochon : c'est un quadrupède rose qui se roule dans la boue en riant de toutes ses forces car c'est une activité trop drôle.

J'invente rien.

J'ajouterai également qu'un cochon est rose, couleur qui attise la sympathie  et apaise inconsciemment (ça a été prouvé) car il représente l'innocence, la jeunesse et la féminité. Le mot cochon est rarement employé autre part d'autre que sur un site qui parle de cochons. Ou sur les sites cochons, mais c'est pas vraiment le même domaine. Donc lire ce mot interroge, et donne envie de découvrir la raison de POURQUOI le mot cochon est ici.

Et si vous n'aviez pas remarqué, chacun des mots cités peuvent avoir une liaison, un thème commun : Le mot culotte peut y contenir une femme disgracieuse que l'on appellera un boudin, et le boudin vient de la viande de cochon. Le mot à double-sens, "boudin", permet donc d'associer une culotte à un cochon. Cependant, ne vous imaginez pas un cochon qui aurait enfilé une culotte hein, là vous êtes complètement à coté de la plaque.

Qu'est-ce que je disais.

Autre conseil pour bien débuter un article : ne pas dire en une phrase la solution de votre problème, et ce dès le début.
En effet, si vous résumez votre sujet en un condensé qui contient tous les éléments, y'a aucun intérêt, car vous venez de faire une conclusion. Et les conclusions, ça se place à la fin d'un article pour éclaircir ce que vous venez de développer. Et le meilleur moyen de finir un article avec ce genre d'introduction est de placer votre problématique en guise de point final. Vous me suivez ? C'est parfaitement logique, non ?

"Mais c'est quoi cet article, je suis encore tombé dans les méandres du web, moi..."

Pour ceux et celles qui ne seraient pas convaincus que commencer par une série de mots sans queue ni tête (sauf pour le cochon hihi) est une bonne idée d'introduction d'article, alors je vais vous faire ci-dessous une liste de propositions tout aussi ingénieuses les unes que les autres : vous verrez, succès et groupies qui rampent à vos pieds assuré !

"Qui a pété ?" : assure un suivi régulier de vos fans qui ont un humour un peu pipi-caca et absurde. Cette question embarrassante mais drôle peut être sortie en toutes situations, n'importe où, n'importe quand. (Enfin, éviter d'être tout seul sinon ça n'a plus aucun intérêt.) Fera rire à gorge déployée tout votre entourage, bref, cette petite réplique assure la gloire et la réussite, même sur un blog, et même si ce sont les premiers mots d'un article.

Huhu.



"Hhfghdfgjiodkfopzegjorpegjohfghuoghio" : taper aléatoirement sur votre clavier a un gros avantage ; si un jour un bête type qui s'ennuie sur Google tape exactement la même chose que vous sans faire exprès, il est quasiment certain que votre blog soit la seule recherche qui ait abouti, au lieu du traditionnel "Aucun document ne correspond aux termes de recherche spécifiés (*mot de recherche entre parenthèses*)".
Donc, voyant qu'il n'a pas écrasé les touches de son clavier pour rien, il cliquera sur votre blog et BINGO il accédera à tous vos articles, les lira tous un par un au peigne fin (ça veut rien dire ce que je viens d'écrire mais c'est pas grave), sera votre nouveau fan et vous enverra des bouquets de roses par colis tous les 15 du mois à 14h30.
Une rumeur dit aussi que taper un mot qui ne veut rien dire à chaque début d'article de son blog est le remède miracle contre les pieds qui puent.



*Image de screamer* : je ne sais pas si c'est une très bonne idée de commencer son article avec une image qui fait peur. Car déjà vous provoquerez des arrêts cardiaques chez 25% de vos lecteurs, ensuite vous n'aurez plus jamais de visites sur votre site la nuit (sauf pour les masos qui aiment avoir peur) mais au moins, la réputation sera là : on se souviendra de vous, et pour longtemps. Vous ne passerez pas inaperçu dans la communauté des blogueurs.
Voici une sélection personnelle de screamers qui pourraient très bien marcher, et dont vous pouvez vous resservir à bon escient :





Bon, avec ça j'ai fait mourir de peur le seul lecteur qui était ici. 
Quelle idée d'être sur Internet à 2h du matin, aussi. 
Espèce de trouillard !

Bon ben du coup y'a plus personne, et personne ne saura qu'un jour j'ai écris cette ligne. Je n'entrerai donc jamais dans l'histoire du web, vous m'en voyez bien triste. Bouhouhou snif snif.

D'ailleurs je vois pas pourquoi je continue d'écrire puisque certains d'entre vous ont arrêté leur lecture en plein milieu de l'article, voire même au tout début pour ceux qui se sont rendus compte que je n'allais pas parler de pornographie ici (enfin si mais ça n'a pas suffit pour satisfaire leur curiosité, car ça manque cruellement de fesses, ici.)

Donc, je vais vous apprendre également à finir un article de la manière la plus simple possible, et c'est gratuit.  Voici mon secret :



Quand vous vous rendez compte que tous vos lecteurs vous ont lâchés et que vous continuez à parler dans le vide, le meilleur moyen de finir un article est carrément de ne pas terminer sa